Quartier historique et culturel de Port-au-Prince

Lorsque nous pénétrons dans l’atelier de Sylva Joseph, rue Macajoux, nous entrons dans l’espace étincelant du vodou et de ses paillettes.

Les drapeaux, les bouteilles, les pakets(1), tout un monde sous nos yeux !


Chez Sylva - Offrandes à Dantor
Chez Sylva - Offrandes à Dantor
Pour le profane, l’émerveillement devant le scintillement des couleurs, la beauté des formes, mais aussi sans aucun doute le pressentiment que sous nos yeux se manifeste un univers mystérieux dont nous n’avons pas la clé : figures géométriques, saints, petits objets emplumés, bouteilles décorées …

Alors laissons-nous guider par les initiés, les historiens d’art, les amoureux du Bel-Air et les vodouisants.

Du sacré vers le profane, de la vie ordinaire au monde du sacré

Nous sommes en présence d’objets rituels :

Les drapeaux sont sortis lors de chaque cérémonie pour saluer et sacraliser l’espace, pour honorer les visiteurs importants, pour marquer un événement. Les bouteilles trônent sur les autels des esprits qu’on appelle ici loas(2), anges, mystères, voire diables. Chacun d’entre eux a sa boisson préférée, son mélange, son tranpe(3).

Quant aux pakè, ils sont faits de manière très rituelle lors des initiations pour les prêtres et prêtresses vodou. Evidemment ceux qui sont en vente n’ont pas nécessité de cérémonies particulières, mais ils pourront vous interpeller par leurs couleurs et leurs formes.

Devant l’engouement des étrangers, les vodouisants du Bel Air ont accepté que ces objets rituels accompagnent la vie des profanes. Pour le vodouisant, tout est sacré et si le vodou entre chez vous par une porte qui se nomme esthétique, avec une clé qui s’appelle harmonie, ce sera tant mieux.

Dans les péristyles, le sacré est là en permanence puisque on y danse pour les loas. C’est là aussi qu’on vit, qu’on reçoit, qu’on travaille. Pour les vodouisants, l’espace des dieux et celui des hommes s’interpénètrent en permanence.
____________________________
(1) Pakets (pakè) : objet rituel très décoratif. Soie, plumes, paillettes, fleurs…

(2) Loa (lwa) : Lwa est le nom d’une ethnie africaine. Mais en Haïti, le terme désigne un esprit, une des multiples visages de dieu.

(3) Tranpe : Le tranpe est une boisson composée d’alcool de canne et d’ingrédients divers (feuilles, racines, écorces, épices...).

Rédigé par Mireille Aïn / AAA le Lundi 11 Mai 2009 à 21:04 | Commentaires (10)


"The Construction And The Deterioration Of A National Treasure: The Port-au-Prince Cathedral" – Dossier de Kesler Pierre
Vitrailliste (verrier spécialisé dans l’art du vitrail), Kesler Pierre, qui vit et travaille aux États-Unis depuis 1983, a monté un site valorisant la cathédrale de Port-au-Prince.


Ancienne et nouvelle Cathédrale de Port-au-Prince
Ancienne et nouvelle Cathédrale de Port-au-Prince
Le site présente une série de documents et photos rassemblés sur ce monument historique; et, l’auteur invite les internautes à commenter et à faire part de leurs suggestions. Il met également de l’avant l’idée d’un montage financier pour réhabiliter la cathédrale.

Voir aussi l’article de Jean Panel Fanfan, sur http://www.haitiwebs.com
Rédigé par Fondation AfricAméricA le Dimanche 14 Décembre 2008 à 15:43 | Commentaires (5)

Au milieu du XVIIIème siècle, les Français pensent qu’il devient nécessaire d’établir une nouvelle capitale au positionnement géographique central afin d’organiser l’exploitation coloniale ainsi que d’assurer la protection de cette économie face aux puissances rivales espagnoles et anglaises.


J’ai appris, écrit le Gouverneur d’alors, la résolution de faire établir cette capitale au Port-au-Prince, où selon le compte qui m’a été rendu, doivent se trouver réunis tous les avantages que l’on peut désirer pour un établissement de cette espèce ; tant pour la situation qui est dans le centre de la colonie, et à la portée d’un commerce très considérable, que par la commodité du port, la salubrité de l’air, la bonne qualité des eaux qui s’y trouvent et la facilité des fortifications du côté de la mer et de la terre….
Rédigé par Fondation AfricAméricA le Jeudi 18 Septembre 2008 à 15:54 | Commentaires (0)